Quelle quantité proposer aux repas du midi et du soir à un enfant à partir de 2 ans ?

Quelles quantités proposer a un enfant à partir de 2 ans ?

Question de Caroline

Caroline, l’idéal serait qu’on se fie uniquement à l’appétit de nos enfants et qu’on arrive à repérer le moment où ils n’ont plus faim. Du coup, on s’adapterait uniquement à la quantité qu’ils ont décidé de bien vouloir manger. Mais dans votre question, il y a la notion de « portion » donc je vais essayer d’y répondre.

Le repas de midi vers 2 ans se compose d’abord de protéines : viande, poisson, œuf… On peut donner aux alentours des 20 grammes et on ne le donnera qu’une seule fois par jour. Si vous donnez la protéine à midi, ne la donnez pas le soir. À cela s’ajoute un accompagnement de légumes et de féculents. À 2 ans, on peut garder le rapport 2/3 légumes, 1/3 féculents, ce qui fait aux alentours des 2 cuillères à soupe de féculents, complétés de légumes cuits. Des légumes cuits que vous pouvez quand même un peu plus cuisiner que quand ils étaient tout petits. Sortez un peu des légumes complètement nature et n’hésitez pas à y mettre du goût comme un peu de beurre ou un petit peu d’huile d’olive pour que ce soit un peu plus intéressant sur le plan nutritionnel.

Pensez aussi aux crudités, parce que pendant très longtemps, le petit enfant garde la structure du repas d’un bébé, alors que finalement, à 2 ans, la mastication est bien avancée, donc on peut lui proposer des crudités aussi. Cela peut être une petite entrée à base de carottes râpées, avec plus ou moins de vinaigrette, souvent cela les dérange un peu, mais cela vaut le coup d’essayer. Ou encore des radis que vous pouvez émincer en petites rondelles. Quand c’est la saison, évidemment, tomates, concombres, etc. N’hésitez pas à essayer de proposer toujours des légumes sous une autre forme. Profitez de la curiosité de l’âge de 2 ans pour faire essayer de nouvelles choses.

Le midi, on garde un dessert à base de fruits, donc ça peut être une compote sans sucre ajouté, car ce n’est pas la peine d’ajouter du sucre là où il n’y en a pas besoin. Cela peut être un fruit cru : une demi-poire, une demi-banane, une petite clémentine, un kiwi,… Et cela peut être aussi des petites coupelles avec des fruits au sirop sans sucre ou à l’eau, et c’est bien pratique parce que ça, au moins, ça se mâche.

Moi j’aime mieux quand ça se mâche et c’est pratique, parce qu’on en a toujours au fond du placard. On n’a pas toujours des fruits frais sous la main selon le jour où on va faire les courses, etc. Ça existe en petites portions individuelles et ça existe aussi en gros conditionnement pour toute la famille, c’est très pratique.

Ça, c’est ce qui concerne le repas du midi. Au repas du soir, on a déjà donné la quantité de protéines donc ce n’est pas nécessaire de le redonner, comme je disais plus tôt. Donc ça sera uniquement composé de légumes et de féculents. Alors là, on peut se rapprocher des 50/50, c’est-à-dire que l’objectif encore une fois c’est de toujours proposer des légumes dans l’assiette de votre enfant. On aura une quantité de féculents aux alentours des trois cuillères à soupe, et complétées de légumes.

Pensez à varier les féculents, il n’y a pas que les pâtes. Il y a aussi le riz, et tout ce qui est fait à base de blé, comme la semoule, le boulgour, mais, ça peut être aussi les pommes de terre, la patate douce, le quinoa, les légumes secs. Pensez à vraiment varier les aliments que vous offrez à vos enfants et ajoutez-y une petite quantité de matière grasse : une petite noix de beurre, ou une cuillère à soupe d’huile d’olive. N’hésitez pas, c’est largement nécessaire.

À cela s’ajoute aussi, le soir, un produit laitier. Cela va être soit un yaourt, un laitage sans sucre ajouté si possible, soit un fromage. Une petite tartine de fromage frais, par exemple, ou un petit morceau aux alentours de 15 ou 20 grammes d’emmental, comté, ce que vous avez envie. Ça peut être du fromage râpé sur les légumes, et puis on peut compléter, s’il ou elle a encore faim, avec un petit dessert de fruits comme le midi.

Normalement, vous avez tout ce qu’il faut pour vous aider sur les notions de quantité du repas.

Olivia Beziat
Diététicienne nutritionniste pédiatrique

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *