Mon bébé est intolérant au lactose : quels sont les aliments à éviter ?

Bonjour, mon bébé de 2 ans est intolérant au lactose. J’aimerais connaître quels sont les aliments riches en lactose, afin de ne pas les proposer à fils. Merci !

Question de Cécile

Quels sont les aliments qui sont riches en lactose ? 

Le lactose, c’est le sucre du lait. Du lait de vache, de brebis, de chèvre. Donc, tous les aliments qui sont fabriqués à partir de ce lait seront à éviter ! Les quiches, les gâteaux fabriqués à base de lait, les crêpes, etc. 

Ensuite, ce qu’il faut savoir, c’est que lorsqu’on fermente le lait (en yaourts ou en fromages par exemple), même si on utilise effectivement du lait, celui-ci va subir une transformation. Le lactose, grâce à la fermentation, va alors se transformer en acide lactique. Donc, vous pouvez quand même proposer à votre enfant du fromage à pâte dure (Comté, Emmental, Gouda, Mimolette, etc.) ou des fromages qui ont été suffisamment fermentés (Camembert, Brie, Feta, etc.). Ce qu’il faudra éviter, c’est tous les fromages frais et tous les fromages qui ne sont pas suffisamment fermentés ! Dans les produits laitiers, le beurre peut aussi convenir car il n’y a quasiment plus de lactose.

À 2 ans, vous lui proposez aussi normalement encore pas mal d’apports de lait, que ce soit en biberon ou à la tasse. Votre enfant a en effet encore besoin de lait de croissance, si possible jusqu’à 3 ans. Certaines marques font du lait délactosé, c’est-à-dire un lait animal dans lequel on a retiré uniquement le lactose. Vous trouverez donc au rayon bébé du lait de croissance délactosé (ex : avec un bouchon violet de la marque Lactel, chez Modilac, ou le Galliagest chez Gallia).  Vous pouvez donc utiliser de préférence ces laits pour que votre enfant ne soit pas embêté avec des problèmes de digestion !

Pour chaque intolérance au lactose, il y a un seuil de détection. C’est-à-dire que l’enfant peut tolérer parfois de manger 1 yaourt, ça ne lui fait rien. Mais dès qu’il en mange 2, il commence à avoir un peu une diarrhée ou un mal au ventre. Ça vaut donc le coup d’essayer, puisqu’il n’y a pas de risque sur la santé, de chercher un peu ce que votre enfant est en mesure de digérer.

Et si vous avez besoin d’aide, bien sûr, vous pouvez me contacter pour une consultation spécialisée.

Olivia Beziat
Diététicienne nutritionniste pédiatrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *