Foire aux questions

Peut-on ajouter des épices dans les plats de bébé ?

C’est au moment de la diversification alimentaire que va se construire la « bibliothèque » de saveurs de l’enfant… il serait dommage de ne pas y introduire les épices ! Il faudra simplement être progressif et observateur.

Commencez avec des herbes aromatiques pour donner du peps à vos préparations : thym, basilic, romarin… Pour que la texture soit adaptée aux premiers repas de bébé, pensez à les mixer très finement.

Vous pouvez ensuite intégrer des pointes d’épices douces comme la cannelle, la vanille, le paprika doux ou encore le curry, le cumin ou le curcuma, justement dosés.

Rapidement, si bébé apprécie, vous pourrez lui proposer l’ail, l’oignon et les saveurs un peu plus prononcées. Ce qu’il faut garder en tête, c’est l’importance de créer des expériences positives avec la nourriture, les associations et dosages doivent donc respecter le palais de bébé.

Le massalé, par exemple, contient du piment en plus du cumin, de la coriandre, des clous de girofle, kaloupilé, cardamome, etc… on ne commencera donc pas par cette épice d’emblée. Mais petit à petit, vous pourrez lui proposer des petites quantités de poivre puis d’épices plus fortes, jusqu’au massalé. ⚠️ Attention : ce dernier doit toujours être cuit, jamais ajouté en fin de cuisson !

De même pour le piment : après 1 an, si votre bébé comprend et veut goûter des saveurs légèrement piquantes, pourquoi pas. Il sera prêt à en goûter quand il sera apte à comprendre l’explication au préalable. Il convient bien entendu d’éviter le piment par surprise au risque de créer un blocage alimentaire ! Restez prudents et vigilants face à ses réactions : est-ce une expérience positive pour lui ou non ? Vous êtes la personne la mieux placée pour répondre à cette question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.