Sucre et bébé

Sucre dans l’alimentation de bébé: attention aux excès !

Les bébés aiment le sucre. Le sucre, naturellement présent dans la plupart des aliments, est indispensable à son alimentation, pour sa croissance et son développement cérébral. Mais attention à l’excès de sucre ! Dans cet article, je vous mets en garde contre les sucres cachés et les mauvaises habitudes.

Bébé a une attirance naturelle pour le sucre

La préférence de bébé pour les saveurs sucrées commence bien avant la naissance. En effet, dans le ventre de maman, le foetus réagit déjà avec plaisir au goût sucré du liquide amniotique ! Mamans, n’avez-vous pas remarqué que bébé s’activait lorsque vous mangiez un aliment sucré pendant votre grossesse ? In utero, le foetus goûte tout ce que sa maman mange. Alors, quand maman prend plaisir à manger un aliment sucré, bébé réagit lui aussi avec plaisir au goût sucré du liquide amniotique. Ainsi, bébé a déjà passé 9 mois à déguster un doux liquide sucré. Cela explique pourquoi la saveur sucrée est innée chez l’humain !

A sa naissance, bébé retrouve cette saveur dans le lait, avec le lactose (sucre naturellement présent dans le lait). Puis, au moment de la diversification, bébé découvre de nouvelles saveurs, et continue à se délecter du goût sucré avec les fruits et certains légumes. C’est à ce moment là qu’il faut être vigilant sur le potentiel excès de sucre dans l’alimentation de bébé ! 

Le sucre est un élément essentiel pour la croissance de bébé

Votre bébé a besoin de consommer du sucre, et il n’y a aucune raison de bannir les aliments naturellement sucrés. En effet, le sucre est une source d’énergie. Les glucides sont transformés en glucose par l’organisme, qui est l’énergie utilisée par le corps (et par le cerveau !). Le glucose contribue par ailleurs au bon fonctionnement des fonctions vitales, comme assimiler des lipides et des protéines, ou réguler la flore intestinale. Il ne faudrait donc pas créer de carences en limitant le sucre naturel de l’alimentation de bébé, mais il faut faire attention aux sucres ajoutés !

En effet, s’il est vital pour l’organisme, le glucose peut aussi lui devenir néfaste. Un excès de sucre sera transformé en graisses, avec toutes les maladies que cela peut engendrer à long terme: diabète, hypertension, obésité … 

Consommer du sucre est donc important pour l’organisme, dans une juste proportion. Mais surtout, pas n’importe quels sucres ! 

Les différents types de sucres

Le sucre est présent dans l’ensemble de notre alimentation, sous de nombreuses formes. Lesquelles ?

Le sucre VS Les sucres

Le sucre, ou saccharose, est un glucide simple composé d’une molécule de glucose et d’une molécule de fructose. Il s’agit du sucre de table.

Les sucres représentent l’ensemble des glucides simples présents dans nos aliments. Ils sont constitués d’une ou deux unités (monosaccharide ou disaccharide). Ils sont naturellement présents dans les fruits, les légumes, ou les produits laitiers…

Les sucres "naturels"

Parmi les sucres naturels, on distingue deux types de sucres, selon leur taille. Les sucres complexes (ou sucres lents) permettent d’avoir de l’énergie sur le long terme. Ce sont les sucres présents dans les féculents (riz, pain, semoule, pomme de terre, etc.). Les sucres simples (ou sucres rapides), qu’on peut retrouver dans les fruits et certains légumes, libèrent de l’énergie rapidement métabolisable. Certains aliments contiennent les deux types de sucres.

Les sucres ajoutés

Les sucres ajoutés sont des sucres simples. Il s’agit du sucre que les fabricants ajoutent aux produits alimentaires (yaourts, compotes, gâteaux, céréales, etc.), et celui que vous utilisez quand vous cuisinez. 

Sur les étiquettes, vous pouvez les retrouver sous différents formes : sucre, glucose, fructose, dextrose, galactose, agave, sirop d’érable, miel, sirop de maïs, cassonade, mélasse, sirop de palme, sucre de canne brut, maltodextrine, jus de canne évaporé, jus de fruits concentré…

Les sucres libres

Les sucres « libres » sont des sucres qui ne sont pas associés à des fibres, des protéines ou des matières grasses. C’est par exemple le cas des jus de fruits: le sucre est libre parce que les fibres ne sont plus présentes dans le jus, à la différence du fruit. Ils sont assimilables aux sucres ajoutés.

Faire attention aux sucres ajoutés et libres

Il n’y a donc pas que dans les gâteaux et les bonbons qu’on trouve du sucre. Les yaourts aromatisés, les compotes, les petits pots de bébé, et même à la maison ! Si vous pensez que bébé refuse sa nourriture parce qu’elle est fade (à votre goût), et qu’un peu de sucre pourrait le faire accepter, détrompez-vous ! 

Alors quel est le problème du sucre ajouté ? C’est qu’il est souvent de mauvaise qualité (sans valeur nutritionnelle), et surtout qu’il habitue les papilles de bébé à la saveur sucrée et renforce cette préférence innée. Et cela aura des impacts sur sa santé future ! 

Il est donc indispensable d’apprendre à choisir ses aliments. Quand on achète des aliments pour bébé, il est important de déchiffrer et de vérifier la teneur et la nature des sucres. Vous connaissez l’application Yuka ? Elle vous permet de scanner le code barre de vos produits pour déchiffrer les étiquettes : vous visualisez les produits qui sont bons et ceux qu’il vaut mieux éviter.

Les produits "pour bébé" favoriseraient le développement pour le goût sucré

En 2015, des chercheurs britanniques concluaient de leur étude, présentée dans la revue « Maternal & Child Nutrition », que les aliments pour bébé du commerce contribueraient au développement de la préférence pour le goût sucré des enfants. L’analyse portait sur des produits pour bébé du Royaume-Uni, mais on peut s’imaginer que le résultat serait similaire en France. Vous pouvez lire le résumé de cette étude sur santelog.fr

Plus votre bébé mange sucré, plus il aimera le sucre !

Rayon de petits pots industriels

Alimentation bébé = santé adulte

Alors, pourquoi ne veut-on pas renforcer l’attirance pour le sucre des bébés ? Car la consommation de sucre a un impact sur sa santé ! D’après le pédiatre Alain Bocquet, de l’Association française de pédiatrie ambulatoire :

« C’est entre 6 mois et 3 ans que se construit la palette alimentaire du tout-petit, ses bonnes habitudes et ses goûts pour des aliments ni trop sucrés ni trop salés. La qualité de l’alimentation de l’enfant pendant ses trois premières années a une importance capitale pour sa santé d’adulte en devenir »

L’alimentation de bébé peut donc avoir des répercutions sur sa santé à l’âge adulte. Et quelles sont les incidences du sucre sur la santé ? L’absorption excessive de sucres simples provoque la sécrétion réactionnelle d’insuline. Or cette hormone joue un rôle clé dans la régulation du poids, et de l’appétit. L’organisme se met alors à transformer le sucre pour le stocker sous forme de graisses, afin d’abaisser le taux de sucre dans le sang. A terme, le sucre peut donc être un facteur d’obésité. Il est aussi responsable de troubles du comportement alimentaire, avec les fameuses « fringales » et le grignotage associé. Le sucre appelle le sucre. Sans oublier que le sucre prédispose aux caries. Enfin, chez les bébés et les enfants, une consommation massive de sucre peut conduire à un comportement hyperactif difficile à gérer, suivie d’une intense fatigue.

Avec modération

Bien entendu, il n’est pas question de supprimer le sucre de l’alimentation de bébé, car il reste une source d’énergie primordiale pour son organisme. Mais, comme souvent, tout est une question de dose. Le sucre est à consommer avec modération !

Alors, privilégiez le sucre naturel, et limitez les sucres ajoutés.

Des aliments naturellement sucrés

En compotes ou en purées, vous pouvez faire découvrir une belle palette de saveurs sucrées à votre bébé! Carottes, pommes, poires, oranges, patates douces, betterave, panais … Vous avez le choix !

N’ajoutez pas de sucre dans vos compotes, celui des fruits suffit. En cuisinant des plats faits maison, votre bébé découvrira le sucre associé à d’autres saveurs. Un jour, les pommes de votre compote seront un peu plus acides que la fois précédente, ce qui ne gâchera en rien le plaisir de bébé ! En effet, selon la variété de pommes choisies pour votre compote, bébé pourra par exemple découvrir des goûts « sucré-acide » ou « sucré-amer » qu’il n’aurait pas la chance de goûter avec des produits du commerce standardisés. Grâce aux différentes associations de fruits et légumes que vous choisirez, bébé découvrira ainsi une large gamme de saveurs.

Pour les laitages, privilégiez les natures (yaourts au lait entier, petits-suisses natures, etc.). Attention, la grande majorité des laitages « pour bébé » sont artificiellement sucrés ! Si vous voulez apporter un peu de sucre aux laitages, vous pouvez ajouter un peu de compote, ou quelques morceaux de fruits si bébé sait mastiquer. Bien sûr, rien n’empêche de donner un yaourt aux fruits ou aromatisé de temps en temps, sans en faire une habitude. Bébé y prendra sûrement plaisir !

Côté biscuits, préférez-les simples et peu sucrés, et ils doivent rester occasionnels. Pour le plaisir, vous pouvez faire goûter à bébé du chocolat, du gâteau, ou de la glace, mais ils ne doivent pas entrer dans l’alimentation quotidienne de bébé ! Ce sont des aliments « bonus » 🙂 (ils n’ont pas d’intérêt nutritionnel) Sachez les limiter, afin d’éviter de prendre de mauvaises habitudes que bébé pourrait garder en grandissant.

Sucre naturellement présent dans les framboises

Pas de chantage affectif

« Termine tes légumes, sinon tu n’auras pas de dessert ! » : ce petit chantage vous dit quelque chose ? Attention, le sucré ne doit pas devenir un enjeu éducatif ou affectif ! Le sucre n’est pas une récompense, mais juste un petit plaisir, à déguster avec modération.

La clé: une alimentation variée

Afin d’encourager la prise de bonnes habitudes alimentaires, il est primordial de proposer une grande variété d’aliments à bébé, et d’équilibrer les repas avec toutes les catégories d’aliments. Pour en savoir plus sur les familles d’aliments et les quantités à donner à bébé selon son âge, je vous invite à lire mon article sur la diversification alimentaire (quoi, quand, comment ?).

En résumé, le plus important est donc de ne pas faire des sucreries (jus de fruits, crème dessert, chocolat etc.) des aliments égaux aux fruits, aux laitages ou à l’eau. Pour conclure, il faut donner de bonnes habitudes alimentaires à bébé et éveiller sa curiosité culinaire ! 

Privilégiez le fait maison, et préférez le naturel plutôt que l’industriel. Ce dernier est souvent trop sucré, salé, et remplis d’additifs. Cuisiner pour bébé vous permettra de doser le sucre à bon escient, et de lui faire découvrir une belle palette de saveurs !

bébé mange des fruits (sucre naturel)

Et la loi Agriculture et Alimentation, on en parle ?

Lors de l’examen du projet de loi Agriculture et Alimentation, le 27 mai 2018, l’étiquetage nutritionnel obligatoire n’a pas été retenu. Et les députés ont refusé l’interdiction des publicités pour les aliments et boissons trop riches en sucre, sel, ou matière grasses et ayant pour cible les enfants de moins de 16 ans. En France, 1 enfant sur 6 est en surpoids ! Les industriels usent des codes de l’enfance pour influencer les enfants et vendre leurs produits. Est-ce que l’assemblée aurait cédé face aux lobbies de l’industrie agroalimentaire ?

Alors, légiférer ou responsabiliser les parents, quel est le meilleur moyen pour lutter contre la mal bouffe ? Pour responsabiliser, ne faut-il pas informer ? Est-ce qu’il faut interdire la publicité, ou simplement donner la juste information, pour consommer en pleine conscience ? Quel est votre avis ? 

Et le nutri-score, vous en pensez quoi ?

A suivre ...

Les parents donnent trop de sucre à leurs bébés et à leurs enfants, trop de protéines et de sel: c’est l’un des travers dénoncés par l’étude Nutri-Bébé 2013. Dans un prochain article, nous parlerons des protéines ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *