L’introduction des allergènes chez bébé

Une fois que la diversification a commencé, il est recommandé d’introduire sans tarder les allergènes alimentaires majeurs. En effet, il n’est aujourd’hui plus recommander de retarder l’introduction de ces aliments, comme cela pouvait être le cas il y a quelques années. Au contraire, une exposition précoce (avant 1 an) pourrait réduire le risque, même pour les bébés « à haut risque » (par rapport aux antécédents familiaux).

Bébé peut donc commencer à goûter les aliments reconnus comme allergènes dès le début de la diversification alimentaire (idéalement à partir de 6 mois, jamais avant 4 mois révolus).

Liste des allergènes majeurs

En France, on dénombre 14 allergènes majeurs. Ils sont responsables du plus grand nombre d’allergies alimentaires :

1 Les sulfites sont des additifs alimentaires, mais ils peuvent aussi être présents naturellement dans certains aliments.

2 Le lupin est une légumineuse assez méconnue, mais de plus en plus utilisée par les industriels comme source de protéines ou émulsifiant biologique.

Comment les introduire ?

Si votre bébé n’est pas à risque allergique, il n’est pas nécessaire d’établir une procédure pour l’introduction de ces aliments. Néanmoins, voici 3 conseils pour les proposer en toute sérénité :

Il n’y a pas d’ordre spécifique pour les introduire. Mais pour le côté pratique, démarrez par les allergènes que vous rencontrez le plus souvent dans votre alimentation : lait, blé, oeuf, cacahuète, amande… Cela facilitera vos recettes pour bébé par la suite !

Les réactions possibles sont :

  • cutanée (plaques rouges, urticaire, enflure, eczéma)
  • digestive (vomissements, diarrhée)
  • respiratoire (asthme, enflure de la gorge, difficulté à respirer)

Ces réactions se produisent en général rapidement après le repas, de quelques minutes à quelques heures. Si une réaction allergique se produit, contactez immédiatement votre médecin, ou contactez le SAMU (15) en cas de réaction sévère.

Zoom sur quelques allergènes

Le gluten

Le gluten se trouve principalement dans le blé, mais aussi d’autres céréales : seigle, orge, épeautre… Concernant l’avoine, il en existe des variétés avec gluten, et d’autres sans (dans ce cas cela sera mentionné sur l’emballage !). Le gluten sera donc présent dans tous les produits fabriqués à partir de ces céréales !

Afin de limiter le risque d’intolérance au gluten (maladie cœliaque), il est aujourd’hui recommandé d’introduire le gluten dans l’alimentation de bébé entre 4 et 12 mois. Selon l’âge et les capacités de votre enfant, vous pouvez le présenter sous différentes formes :

  • céréales infantiles avec gluten
  • semoule (ou couscous)
  • quignon de pain
  • petites pâtes dans la purée
  • biscuits et recettes à base de farine, comme des pancakes

 Introduisez ces aliments progressivement, et avec modération.

puree de legumes a la semoule facon couscous (des 9 mois)

Les oeufs

Il y a quelques années, il était d’usage d’introduire le jaune d’oeuf avant le blanc d’oeuf. Ce n’est plus d’actualité : vous pouvez introduire le jaune et le blanc en même temps, en même temps que l’introduction des protéines animales.

Votre bébé pourra consommer de l’oeuf une à deux fois par semaine, à raison de ¼ d’oeuf dès 6 mois et ½ à partir de 1 an. Proposez-le toujours bien cuit, soit en oeuf dur ou en omelette, soit incorporé dans une recette avec de l’oeuf.

Polenta crémeuse aux champignons et œuf mollet

Les fruits à coques

Chaque fruit à coque est un allergène. Veillez donc à introduire séparément chaque « noix » : amandes, noisettes, noix, noix de cajou, noix de Pécan, noix du Brésil, noix de Macadamia, noix du Queensland, pistaches, noix de Nangail, pignon.

Comme les noix sont des aliments ronds, petits, et durs, ils ne sont pas adaptés pour être proposés tels quels à bébé. On pourra donc les proposer sous forme de poudre (intégrée dans une recette), ou sous forme de purée d’oléagineux.

Sous forme de poudre, vous pouvez par exemple réaliser des muffins à la pomme et amandes ou des energy balls. Vous pouvez étaler une purée d’amandes ou de noisettes finement sur une craquotte, la mélanger dans un yaourt ou une compote, et également l’incorporer dans des recettes !

Biscuits pomme noisettes

L'arachide

Comme les fruits à coque, l’arachide peut être présenté à bébé sous une forme adaptée, réduite en poudre ou avec de la purée de cacahuètes (= beurre de cacahuètes sans sucre, sans huile et sans sel). Quant à l’huile, elle ne contient que des traces infimes de protéines d’arachide qui ne posent pas de problème pour les allergiques. 

Energy bowl a la banane

Sources

  • HCSP (2020) – Avis relatif à la révision des repères alimentaires pour les enfants âgés de 0-36 mois et de 3-17 ans.
  • Bidat, E., & Benoist, G. (2019). Prévention des allergies alimentaires : la diversification en 2019. Revue Française d’Allergologie, 59(4), 341‑345.
  • Roduit, C., Frei, R., Depner, M., Schaub, B., Loss, G., Genuneit, J., Pfefferle, P., Hyvärinen, A., Karvonen, A. M., Riedler, J., Dalphin, J. C., Pekkanen, J., von Mutius, E., Braun-Fahrländer, C., Lauener, R., & PASTURE study group (2014). Increased food diversity in the first year of life is inversely associated with allergic diseases. The Journal of allergy and clinical immunology, 133(4), 1056–1064.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *